S’inspirer des génériques de Séries TV

Desperate housewifes - générique

Les séries TV, toujours plus d’inventivité…

Pour qu’une série TV fonctionne, il faut une belle accroche. ça tombe bien, pour nos communications audiovisuelles aussi ! Je référence ici quelques uns des meilleurs génériques de séries, capables de nous inspirer pour nos films…

House of cards :

Ce qui nous intéresse dans ce générique c’est l’utilisation très habile du « time-lapse », cette technique permettant de voir en accéléré des scènes tournées sur plusieurs heures : nuages qui défilent, jeux d’ombres spectaculaires…

Borgen :

Ici aussi un peu de time-lapse, mais surtout des jeux de contrastes et d’ombres chinoises éloquents et inventifs.

How I met your mother :

Ce générique prouve qu’il est possible de faire un joli film à partir de photos, subtilement combinées grâce à des animations 2D, zooms, recadrages rapides et défauts de mise au point volontaires.

Rectify :

Cette présentation m’interpelle. Voici une subtile façon de mêler photos et vidéos

True detective :

Dans ce générique ce qui me plaît c’est l’utilisation de la silhouette des personnages (parfois aussi des objets) pour redéfinir le cadre. Souvent les paysages et décors de la série n’apparaissent qu’à travers ces silhouettes. Technique simple mais très esthétique.

The leftlovers :

Comme pour le générique de « True Detective », l’originalité ici réside dans l’utilisation de silhouettes pour ouvrir sur d’autres mondes, même si contrairement au précédent ces silhouettes font partie intégrante du décor…

Downtown Abbey :

Imaginez un film de promotion pour un hôtel ou un restaurant s’inspirant de ces images. J’aime les jeux de cadres, la mise en scène et le cachet de l’image

Weeds :

Parfois quelques bonnes idées de mise en scène suffisent pour retenir l’attention. Ici on s’amuse de l’effet de répétition mais on peut trouver plein d’autres choses dans le même esprit (faire faire les mêmes gestes à plein de personnes par exemple…)

Grey’s anatomy :

Ici la mise en scène permet des transitions originales. Parfois il suffit juste de trouver le lien entre deux situations, deux objets ou un autre élément pour que les images se suivent « naturellement. » Si ça peut éviter des enchaînements trop convenus, pourquoi pas ?

Chuck :

Un concept original avec une animation 2D pour présenter les acteurs de la série. Des transitions sympas, des couleurs attrayantes

Bojack Horseman :

Plus que l’animation en elle-même, qui c’est vrai n’est pas mal du tout, ce que je trouve intéressant c’est encore une fois la mise en scène. Le personnage au premier plan, placé face caméra, interagit toujours avec ce qu’il se passe derrière lui. On peut très bien imaginer faire la même chose avec une « vraie » personne, en tournant sur font vert et en incrustant ensuite différents arrière-plans.

Unbreakable Kimmy Schmidt :

Ce qui me plaît c’est la façon dont les bandeaux de couleurs vives et les textes apparaissent et bousculent l’image. C’est punchy,  coloré, fun. Ça peut apporter beaucoup de peps à une communication corporate.

Suits :

Cette grille sur laquelle les carrés défilent de gauche à droite nous plonge littéralement dans un univers corporate. Le contraste bleu/orange est aussi très intéressant pour donner plus de relief à l’ensemble. Un procédé qui peut nous intéresser pour nos communications…

Damages :

Encore une fois ce générique à une touche corporate (Les images bleues et contrastées y contribuent grandement.) L’utilisation des accélérés (la foule, les nuages), la façon de filmer en contre-plongée, pour donner encore plus de présence aux statues et bâtiments donne beaucoup d’ampleur au film. Le tracking du texte est lui aussi très efficace.

Fringe :

Cette intro, qui consiste en une succession de zooms arrières,  met en scène des éléments liés à la science (en 3D) et a un aspect corporate très intéressant pour nous.

Orphan black :

Un peu dans le même style que Fringe mais en plus élaboré. Là nous sommes en zoom avant et les éléments apparaissant à l’image mutent constamment. Style qui rappelle la recherche scientifique, le milieu pharmaceutique…

Medium :

Des effets aussi « basiques » que l’effet miroir peuvent être du plus bel effet…

Curb your enthusiasm :

Comme pour l’exemple précédent, ça nous rappelle que même des effets simples peuvent être séduisants.

Outsourced :

On peut très bien imaginer ça pour un film corporate. Des panneaux publicitaires géants intégrés au cœur de la ville pour faire la promo de vos produits ou, comme dans ce générique, d’individus…

Entourage :

Précédemment on parlait de panneaux géants, ici nous avons des noms incrustés à la place des enseignes des magasins, cinémas, théâtres… Une façon originale de s’approprier la ville.

Sons of anarchy :

Cette fois c’est l’inverse puisque l’on extrait des éléments de l’image et l’on en fait ce qu’il nous plaît. Ici ça concerne des tatouages mais on imagine ce que cela pourrait donner avec des graffitis ou des inscriptions sur des vitrines, etc.

Rome :

Avant ça je parlais de graffitis, voilà qu’ils s’animent. Et si pour communiquer on se tournait vers tout ce qui recouvre les murs de nos villes ? Encore une fois, les possibilités sont immenses pour nos communications audiovisuelles.

The pacific :

Un concept très créatif et spectaculaire. On peut imaginer le même principe pour un film faisant la promotion d’un artisan ou d’un artiste par exemple…

Da Vinci’s Demon :

Une jolie animation à partir d’images réelles donnant l’illusion que tout est dessiné, avec en prime l’incrustation de nombreux schémas et dessins. Néanmoins ce générique manque peut-être un peu de subtilité ; trop d’infos, trop rapide…

United States of Tara :

Là encore un concept sympathique avec des animations en 2D qui pourrait convenir à la communication de nombreux corps de métiers.

Desperates Housewifes :

Dans ce générique on retrouve des animations 2D ainsi que des transitions originales. Une belle accroche assurément !

Le mentalist :

Des jeux de cadres élégants et l’application de calques esthétiques.

Experts Manhattan :

Tout va très vite mais notre cerveau a le temps de « voir » ces images liées à la recherche, tantôt incrustées dans l’image principale, tantôt utilisées pour des transitions courtes. On retiendra aussi que les nombreux flares (reflets lumineux) et zooms saccadés apportent du dynamisme à l’image.

Skins :

Un habillage vidéo à base de cadres dynamiques et d’incrustations. Efficace et on imagine très bien ce procédé pour un film de communication.

Rescue me :

Un style « sur le vif » qui fonctionne bien. On joue avec des accélérés. Souvent la caméra vibre, les prises de vues sont incertaines. On est bien au cœur de l’action. Style qui peut très bien convenir pour une communication mettant en scène des personnes en action (métiers à risque, sécurité, etc.)

Il s’agit bien sûr d’une liste non exhaustive, mais ça nous donne déjà pas mal de nouvelles pistes pour nos futures communications… N’hésitez pas à laisser vos commentaires !

 

A propos Sylvain Giannetto

« Chaque année plus de 1 460 milliards de vidéos sont visionnées, rien que sur Youtube. Pour une communication audiovisuelle l’important est donc de parvenir à se démarquer en adoptant un point de vue original et surtout en s’adressant aux bonnes personnes. Imaginons ensemble les meilleures options pour permettre à votre film de sortir du lot ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s